The Waste Land

IMG_0020 - compressée

 

SPECTACLE | CREATION 2021

 

Le dramaturge allemand Michael Bölter est à l’origine de la rencontre en 2017 entre Florentin Ginot et Helge Sten, artiste norvégien et figure emblématique de la scène électro-ambiant internationale, connu sous le nom de Deathprod. Cette collision musicale posera les bases d’une création transdisciplinaire immersive, dont la matière sonore servira de creuset à un texte emblématique du XXe siècle et son imaginaire apocalyptique d’après-guerre, The Waste Land.
The Waste Land est un monde chaotique, une poétique des ruines, mais aussi une incitation à la paix.

 

Thomas Stearns Eliot publie en 1922 The Waste Land, considéré aujourd’hui comme son chef-d’œuvre. Poème de 433 vers dédié à Ezra Pound, La Terre Vaine est un tableau complexe aux sources multiples. Eliot compose un puzzle moderniste dont les vignettes puisent aussi bien dans l’Inferno de Dante que dans l’oeuvre de Shakespeare, Baudelaire, Nerval ou Whitman. A la manière dont Joyce utilisa la mythologie comme terreau pour son Ulysse -également publié en 1922-, Eliot emprunte aux grands thèmes et ouvrages d’anthropologie pour développer The Waste Land, dégageant un « instantané » de la société anglaise d’après-guerre à travers un questionnement sur l’absurdité de celle-ci.

 

Le texte d’Eliot offre une inspiration pour construire un environnement architectural, musical et performatif. Le texte apparait par bribes et évocations à travers le travail sur les sources d’Eliot, l’iconologie et symboles utilisés, tels les rituels ancestraux analysés par J.G. Frazer ou J.L. Weston dans leurs ouvrages respectifs, mais également en puisant dans les archétypes sociaux et anthropologiques auxquels recourt le poète, empruntés pour la plupart à des œuvres comme The Tempest ou Tristan et Isolde.

 

UNE INSTALLATION SPATIALE AUTONOME
Le public se place librement dans un espace d’envergure encadré par trois structures verticales de six mètres de haut. Évocations des voûtes des thermes de Pompei, elles rappellent également la forme des édicules antiques. Lieu de rencontre entre l’atmosphère apocalyptique d’Eliot et la musique d’Helge Sten, le dispositif scénique puise avec systématisme dans les restes de l’architecture antique. Il introduit dans l’espace vide la notion de ruine, de trace, et sert de levier singulier pour mettre en lumière la bâtisse poétique d’Eliot et sa temporalité fragmentaire.

The Waste Land devient une installation visant à développer un contrepoint musical et scénique, mettant en scène 3 performeuses et 3 musiciens.

 

PRODUCTION HowNow | SOUTIENS Centre des Monuments Nationaux, GRAME, SACEM

 

Conseil dramaturgique • Michael Bölter

Mécanismes & programmation • Jacques Bouault

Réalisation scénographique • Olivier Defrocourt

Direction artistique • Florentin Ginot

Création lumière • Marie-Hélène Pinon

Chorégraphie • Soa Ratsifandrihana

Composition musicale • Helge Sten